Chef de parti, dis-moi ce que tu tweetes, je te dirai qui tu es

Chef de parti, dis-moi ce que tu tweetes, je te dirai qui tu es

Les cinq chefs de partis aux élections fédérales ont publié plus de 35 000 tweets en tout depuis qu’ils ont un profil sur le réseau social. Radio-Canada les a tous téléchargés pour les décortiquer. Qu’apprend-on sur eux?

1. Stephen Harper : le plus engageant

Le chef conservateur s’est abonné à Twitter il y a sept ans sous deux identités : @premierministre, en français, et @pmharper, en anglais.

Une mauvaise stratégie, selon l’expert en visibilité numérique Jean-François Renaud. « Un profil Twitter, c’est une seule personne, avec des gens qui te suivent et des gens que tu suis. De couper ton identité en deux, ce n’est pas quelque chose que je préconise. Un premier ministre d’un pays bilingue peut parler dans les deux langues. »

M. Harper a beau avoir deux comptes, il envoie moins de messages que ses adversaires (sauf Gilles Duceppe). Mais il est celui qui suscite le plus d’engagements chez les internautes, avec la moyenne la plus élevée du nombre de retweets et de favoris.

Pour voir le taux d’engagement par chef sur votre appareil mobile, cliquez ici.

« Les volumes de tweets et de retweets ne sont pas de bons indicateurs de la capacité d’un politicien à se faire réélire », nuance Jean-François Renaud. Il ne doute toutefois pas de l’importance d’être présent sur le réseau social pour atteindre les « influenceurs », c’est-à-dire les journalistes et les autres politiciens, qui, eux, vont s’adresser à monsieur et madame Tout-le-Monde.

Les deux messages de M. Harper les plus retweetés ont pour sujet la rivalité Canada-États-Unis lors des Jeux olympiques de Sotchi. Il avait parié des bières avec le président Obama sur l’issue des matchs de hockey et avait ensuite réclamé ses deux caisses pour les victoires masculine et féminine.

M. Harper est abonné à environ 200 comptes, notamment ceux :

  • des candidats conservateurs et des autres proches collaborateurs;
  • des grands dirigeants de ce monde, dont Obama, Hollande, Cameron, Nétanyahou;
  • du chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe – son seul adversaire politique sur la liste;
  • de Homer J. Simpson, du célèbre dessin animé;
  • des Blue Jays de Toronto, mais d’aucune équipe de hockey;
  • de l’ancienne députée conservatrice devenue libérale Eve Adams et de son conjoint, Dimitri Soudas, l’ex-directeur des communications de M. Harper, devenu membre libéral,
  • du National Post et du magazine Maclean’s, les deux seuls médias qu’il suit.

« Chez Harper, on sent que c’est calculé. On ne sent pas que c’est un gars du Parti québécois super émotif qui se chicane à longueur de soirée sur Twitter, mais que son compte est plutôt géré par son équipe de parti. Ça, c’est plate », dit Jean-François Renaud. Mais surtout, ça permet d’en apprendre beaucoup moins sur la personne derrière le politicien, ajoute-t-il.


2. Thomas Mulcair, le récalcitrant

Élu député néo-démocrate en 2008, Thomas Mulcair ne fait son apparition sur Twitter qu’en octobre 2011, dans la foulée de la course à la direction du NPD pour trouver un successeur à Jack Layton. C’est trois ans plus tard que ses adversaires.

Pour voir l’évolution des tweets sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Quelques mois plus tôt, il affirmait à Radio-Canada « ne pas être du genre « 140 caractères » » et préférer les phrases complètes. Il disait aussi ne pas avoir beaucoup de temps à consacrer aux réseaux sociaux, mais ne pas vouloir déléguer cette tâche.

Il a finalement changé d’avis. Son compte est géré par son équipe, qui signe tous ses tweets.

« C’est un peu en contradiction avec le média, dit Jean-François Renaud. Twitter a été créé pour que la personne réponde elle-même. » — Jean-François Renaud

M. Renaud, d’Adviso, apprécie toutefois la transparence de l’approche, puisque le compte Twitter de M. Mulcair indique clairement que c’est son équipe qui tweete pour lui.

Le compte de Thomas Mulcair cible très souvent les conservateurs. « @premierministre », « PMHarper », « Stephen Harper », « gouvernement »et « conservateurs » font partie des 50 mots utilisés le plus régulièrement.

« Le Sénat – non élu et toujours sous le coup d’une enquête – vient d’entériner C-51 (la loi antiterroriste). Les Canadiens peuvent compter sur un gouvernement du NPD pour abroger cette loi dangereuse. » — @ThomasMulcair

Thomas Mulcair se distingue en suivant (en plus du carnet du parti et de nombreux journalistes) des comptes de syndicats, d’organismes comme Amnistie internationale, Équiterre, le FRAPRU ou Nature Canada, d’instituts de recherche, d’universités, et même celui d’Infoman.


3. Justin Trudeau : « fluent » dans les deux langues

« Changer le monde, un petit peu chaque jour… » : la biographie du compte de Justin Trudeau ne fait même pas allusion à son rôle de chef du Parti libéral du Canada. Il se classe néanmoins au deuxième rang, derrière Stephen Harper, pour ce qui est du nombre d’abonnements.

Pour voir le nombre d’abonnés par chef sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Justin Trudeau, dont la mère souffre de bipolarité, a gazouillé sur la maladie mentale à l’occasion de la campagne Bell Cause pour la cause. Un de ses messages a été retweeté plus de 4000 fois : « 1 Canadien sur 5 sera touché par la maladie mentale au cours de sa vie. Combattons les préjugés et montrons notre soutien. »

Le chef libéral Trudeau a gazouillé pour la première fois avant même d’être élu, en 2008, ce qui est plus tôt que tous les autres chefs.

Il a fait une pause d’environ un an, avant d’adopter ce qui est devenu son style distinct : les tweets « bilingues », sans traduction simultanée; un bout en français, un bout en anglais.

En plus de suivre ses candidats et proches collaborateurs (comme le font tous les chefs), Trudeau est abonné aux comptes du gardien du Canadien, Carey Price, de l’entrepreneur et ancien dragon François Lambert, de la chanteuse Céline Dion, de la comédienne Ellen Page, de l’auteur Stephen King et du dalaï-lama. Il suit aussi son adversaire Elizabeth May, qui lui rend la pareille. 


4. Gilles Duceppe : en français seulement

Sur Twitter depuis l’automne 2008, le chef du Bloc québécois tweete peu : environ 1000 publications en sept ans, et presque uniquement en français. Il a employé la langue de Shakespeare seulement une trentaine de fois.

Son tweet le plus partagé était au sujet du Parti québécois, qu’il a publié alors qu’il n’était plus chef du Bloc.

Gilles Duceppe est abonné à près de 7000 comptes, dont Stephen Harper, Elizabeth May, des indépendantistes, beaucoup de journalistes, le ministre libéral de la Santé, Gaétan Barrette, mais pas le chef du PQ, Pierre Karl Péladeau (qui, pour sa part, le suit).


5. Elizabeth May, l’hyperactive

La chef du Parti vert écrit elle-même ses tweets à moins d’avis contraire, selon sa page. Une stratégie qui plaît beaucoup à Jean-François Renaud, d’Adviso.

Mme May emploie un ton assez personnel et s’adresse souvent aux gens, pour leur répondre notamment. Ses confrères le font beaucoup moins fréquemment. 

Pour voir le taux de réponse sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Elle tweete plusieurs fois par jour, autant durant la session parlementaire qu’en campagne électorale. Elle a près de 30 000 tweets à son actif. Celui qui est vient en deuxième position en matière de volubilité, Justin Trudeau, n’en a que 8100.

« Choquant », dénonce-t-elle, lorsque des « députés conservateurs refusent de [lui] permettre de commenter la mission contre le groupe armé État islamique ». Ce tweet a été retweeté près de 1000 fois. 

« Pour moi, un compte Twitter intéressant, c’est un compte où on sent une certaine authenticité, une petite prise de position, un côté plus personnel. Un qui suit à 100 %  la ligne de parti, comme un communiqué, ça manque d’intérêt » , conclut Jean-François Renaud.

Elizabeth May est la seule à s’être abonnée aux comptes de tous ses adversaires. Thomas Mulcair et Stephen Harper ne lui ont pas rendu la pareille. Au total, la chef du Parti vert suit 6000 comptes; beaucoup de verts, des groupes environnementaux, mais aussi des candidats libéraux et néodémocrates, des personnalités comme l’auteur de la série Harry Potter, J. K. Rowling, Leonardo DiCaprio et Tom Hanks, ainsi que de nombreuses personnes non connues.

En anglais, le 10 septembre 2008

En français, le 18 novembre 2009

Avec la collaboration de Florent Daudens

Filed Under: Actualité

About the Author:

FluxComments (0)

Trackback URL

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.


− 5 = quatre