Vers un complexe aquatique de plus de 40 millions à Laval en 2018

Vers un complexe aquatique de plus de 40 millions à Laval en 2018

Le projet est attendu depuis plus de 10 ans : la Ville de Laval fait un premier pas vers la construction d’un complexe aquatique qui pourrait permettre la tenue de compétitions internationales dès 2018. La firme PricewaterhouseCoopers vient d’être mandatée par le conseil municipal pour élaborer un montage financier et choisir le meilleur emplacement.

Pour le mouvement aquatique de Laval, qui travaille à la promotion des activités aquatiques, la construction de nouvelles infrastructures est loin d’être un luxe.

Laval a beau être la troisième ville en importance au Québec, elle n’a pas de piscines suffisamment grandes pour permettre aux athlètes de s’entraîner. Elle n’a même pas assez de bassins d’eau pour répondre aux besoins des citoyens, indique François Courtemanche, directeur du mouvement aquatique de Laval, qui réclame un complexe aquatique depuis 10 ans.

« Ce n’est pas normal pour une grande ville comme Laval. Les parents doivent aller à l’extérieur pour inscrire leurs enfants simplement à des cours de natation », illustre-t-il. 

Les Lavallois se tournent donc vers les infrastructures de Montréal, mais aussi vers celles des villes de la Rive-Nord, mieux équipées.

« Blainville, Saint-Eustache, Terrebonne, toutes ces petites municipalités-là se sont dotées d’équipement qui permet l’entraînement des athlètes, et qui permet à l’ensemble de la communauté de bénéficier de cours de natation, d’activités aquatiques », dit François Courtemanche. 

Philippe Comtois, un ex-plongeur olympique de Laval, croit que sa ville doit faire mieux.

« Laval a un bassin énorme de potentiels athlètes, mais il n’y a pas les installations dans aucun sport aquatique pour être capable de fournir un service à cette élite-là qui voudrait se développer. »

Lui-même a dû rapidement quitter Laval pour aller s’entraîner à Montréal afin de progresser dans son sport. « J’ai commencé à plonger à Laval en 1984, malheureusement 30 ans plus tard, les installations sont les mêmes, avec une certaine maintenance, mais sans plus. »

Comme parent aujourd’hui, il peine à inscrire ses enfants à des cours de natation. « Toutes les places sont prises la première journée d’inscription. Je me suis fait prendre une fois », raconte-t-il. Et les bains libres, ajoute-t-il, sont presque inexistants.

Trois bassins

Le futur complexe aquatique de Laval, qui devrait coûter plus de 40 millions de dollars à la Ville selon l’estimation préliminaire, comprendrait trois bassins : une piscine olympique de 50 mètres multiusages, un bassin de plongeon et un plan d’eau ludique pour les familles. 

« On veut aller dans une direction où on peut facilement accorder des tournois internationaux, explique David de Cotis, vice-président du comité exécutif de Laval. On regarde différentes formes, mais on veut absolument qu’un des trois bassins soit pour les citoyens, qu’il soit réservé aux loisirs, avec un plan d’eau récréatif, des glissoires. Comme ça, nos enfants pourront jouer et s’amuser dans leur complexe aquatique. »

La capacité d’accueil serait de 1000 baigneurs et de 500 spectateurs. 

La Ville souhaite une ouverture en 2018, mais elle attend les recommandations de PricewaterhouseCoopers, d’ici quelques mois, avant de confirmer l’échéancier. 

Filed Under: Sports

Tags:

About the Author:

FluxComments (0)

Trackback URL

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.


3 × deux =