Un jugement qui tient compte des « injustices passées contre les Premières Nations »

Un jugement qui tient compte des « injustices passées contre les Premières Nations »

Un juge torontois a accepté de donner une « chance » à un Autochtone de 29 ans, affirmant qu’il devait tenir compte des « injustices passées contre les Premières Nations » dans son jugement.

Le prévenu, Jesse Armitage, a un casier judiciaire rempli de condamnations pour vol et a enfreint dans le passé ses conditions de probation.

Mais selon le juge Shaun Nakatsuru, qui travaille à une cour dédiée aux Autochtones à Toronto, le jeune homme « troublé » est « prêt à changer ».

« Son héritage autochtone fait partie de ses racines. C’est un facteur dans ses crimes. C’est aussi un facteur que je dois considérer dans sa sentence. » — Juge Shaun Nakatsuru

Dans son jugement présenté le mois dernier, le magistrat note que la grand-mère de M. Armitage est une victime des pensionnats autochtones, que plusieurs membres de sa famille souffrent d’alcoolisme et qu’il voit rarement le fils qu’il a eu il y a dix ans.

Le juge Nakatsuru a accepté de lui imposer une peine avec sursis pour qu’il puisse subir une cure de désintoxication de neuf mois à Brockville.

Jugement remarqué

Nombre de membres de la communauté juridique ont vanté les mérites du jugement.

L’avocat torontois Steve Benmor le qualifie « d’inspirant ».

« Ce qui est différent ici, dit-il, c’est le degré d’empathie du juge Nakatsuru à l’endroit de Jesse Armitage, surtout concernant ses antécédents familiaux et la communauté autochtone canadienne ».

Filed Under: Actualité

About the Author:

FluxComments (0)

Trackback URL

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.


× 9 = quarante cinq