Québec triple les droits de scolarité des étudiants français au bac

Québec triple les droits de scolarité des étudiants français au bac

Les étudiants paieront davantage pour étudier au Québec

Les étudiants français qui entreprendront leurs études de premier cycle dans une université québécoise en septembre prochain devront défrayer des coûts trois fois plus importants que leurs prédécesseurs.

En vertu d’un accord de principe Québec-France annoncé jeudi, ils devront payer les mêmes droits de scolarité que les étudiants canadiens hors Québec, soit environ 6650 $ par année. Jusqu’ici, ils payaient le même tarif que les étudiants québécois, soit environ 2200 $.

Les étudiants français qui sont déjà inscrits dans une université de la province continueront cependant de payer le tarif québécois, peu importe qu’ils soient au baccalauréat, à la maîtrise ou au doctorat.

Les nouveaux étudiants français à la maîtrise et au doctorat profiteront pour leur part d’une exemption et continueront donc eux aussi de payer les mêmes droits de scolarité que les Québécois.

Pour leur part, tous les étudiants québécois inscrits à un programme d’études menant à un diplôme national de premier, deuxième ou troisième cycle en France bénéficieront du même régime que les étudiants français dans les établissements dont les frais d’inscription relèvent du ministère de l’Éducation. 

Paris s’engage en outre à mener une « action incitative » afin que les étudiants québécois des autres établissements profitent des mêmes conditions que les étudiants français, tant en matière d’accessibilité que de droits de scolarité.

« Ce projet d’entente accorde un traitement unique et privilégié aux étudiants français », indiquent dans un communiqué conjoint la ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Christine Saint-Pierre, et le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

« Il favorisera en outre l’accès des étudiants québécois aux institutions françaises de haut savoir. »

L’accord de principe annoncé jeudi devrait se traduire par une entente formelle qui sera signée « dans les meilleurs délais ». Selon les deux ministres, « des aspects techniques doivent encore être discutés » d’ici là.

En novembre dernier, le premier ministre du Québec Philippe Couillard avait convenu avec le président français François Hollande de maintenir un « traitement spécifique » pour les étudiants français qui viennent étudier dans la province, mais dans le respect du contexte budgétaire actuel.

Environ 12 000 étudiants français fréquentent les universités québécoises à l’heure actuelle, une augmentation de 90 % depuis 2006. L’entente qui leur permettait de payer les mêmes droits de scolarité que les Québécois avait été signée en 1978.

Filed Under: Actualité

About the Author:

FluxComments (0)

Trackback URL

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.


× 5 = vingt