Droits de scolarité des étudiants français : litige entre Hollande et Couillard

Droits de scolarité des étudiants français : litige entre Hollande et Couillard

Le reportage de Catherine François

Le président français François Hollande est en visite d’État au Canada et il rencontrera lundi le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. Les deux dirigeants doivent discuter notamment de la litigieuse question des droits de scolarité que paient les étudiants français au Québec. Le gouvernement québécois veut les augmenter considérablement, ce qui irrite la France.

En fait, les quelque 12 000 Français qui fréquentent une université québécoise paient pour l’instant les mêmes frais de scolarité qu’un étudiant québécois, tel que convenu dans une entente signée entre la France et le Québec en 1978.

En processus de compressions budgétaires, Québec veut cependant mettre fin à cette entente et imposer aux Français les mêmes frais que les étudiants des autres provinces canadiennes. Autrement dit, la facture triplerait, passant de 2300 $ par année en moyenne à 6300 $.

« On aime beaucoup les étudiants français, on tient à les avoir, on tient à notre relation avec la France également. Mais, il y a des priorités budgétaires qui sont là. Vous connaissez la situation des finances publiques. Les Québécois, tout le monde, on va tous faire des sacrifices, mettre l’épaule à la roue », explique la ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, Christine St-Pierre.

La Fédération étudiante universitaire du Québec dénonce ce calcul comptable. Elle craint que l’augmentation des frais de scolarité des étudiants français ne les dissuade de venir étudier ici.

« On voit que c’est uniquement à des buts budgétaires et économiques. Le gouvernement lui-même, l’ensemble des ministères, refusent de même examiner les répercussions que ça aurait chez les étudiants français, pour les universités, mais aussi pour l’ensemble de la société québécoise », critique Jonathan Bouchard, président de la FEUQ.

Ce scénario est confirmé par Maxence Lenoir, étudiant en génie électrique à l’École Polytechnique de Montréal depuis quatre ans. Après un stage à Montréal, le jeune Français, originaire de Dijon, a poursuivi ses études ici, attiré notamment par des frais de scolarité peu élevés.

« Je ne serais pas venu étudier au Québec si les frais de scolarité étaient plus élevés, trois fois plus élevés. C’est le cas de nombreux de mes collègues qui étudient ici à Polytechnique », dit-il.

Depuis 2006, le nombre d’étudiants français dans les universités québécoises a augmenté de 90 %. Ceux-ci forment 37 % de la cohorte des étudiants étrangers.

Les retombées économiques que rapportent les étudiants étrangers sont évaluées à 1 milliard de dollars par année au Québec, sans parler du rayonnement que donnent leurs recherches aux universités québécoises.

En processus de négociation

Selon la ministre St-Pierre, les pourparlers avec le gouvernement français envisagent tous les scénarios.

« Il y a un processus de négociation qui est en place. Les choses vont bien. Il y a eu une première rencontre il y a deux semaines. Les discussions sont en cours », précise-t-elle.

D’après un reportage de Catherine François

Filed Under: Nouvelle

About the Author:

FluxComments (0)

Trackback URL

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.


1 × un =